Chronologie de la Chanson #5 : 1951 Chansons d’amour(s) – De sacs et de cordes – Léo Ferré – Jean Gabin – Charles Trénet – Francis Lemarque

Chronologie de la Chanson #5 : 1951 Chansons d’amour(s) – De sacs et de cordes – Léo Ferré – Jean Gabin – Charles Trénet – Francis Lemarque

Chronologie de la Chanson #5 : 1951 Chansons d’amour(s). Beaucoup de chansons d’amour(s) dans ce 5ème épisode de la Chronologie de la Chanson de 1951.
Deuxième moitié du XX ème siècle, les produits de première nécessité réapparaissent librement. Les chansons d’amour(s) montrent une belle diversité : un gouffre sépare “À la belle étoile de Jacques Prévert” de “Tire l’aiguille d’Eddy Marnay”. Le Chant de l’Histoire balaie ce large spectre.

Chansons d'amour(s) : Les galipettes - Lisette Jambel - Eddie Constantine - Félix Leclerc - Juliette Gréco

Eddie Constantine

Edward Constantinowsky, alias Eddie Constantine est un chanteur et acteur étasunien francophone. Il naît à Los Angeles dans une famille juive aisée.
Eddie tente sans succès une carrière d’acteur à Hollywood.
En 1950 il s’expatrie en France pour suivre son ami John Berry, victime de la chasse aux sorcières du maccarthysme. Il y fréquente Edith Piaf qui le fait engager pour tourner “La P’ite Lili” une comédie musicale quu’elle s’apprête à interpréter. Ils en enregistreront deux titres en duo : Petite si jolie & Si, si, si.
De même, Eddie traduit pour Piaf en anglais des chansons de son répertoire qu’elle enregistrera cette année-là : Hymne à l’amour, Du matin jusqu’au soir & C’est d’la faute à tes yeux
1951 : il enregistre cinq 78 tours dont un titre de Stéphane Golmann : “Au loin dans la plaine”

Chansons de la 1ère partie :

02’02 Lisette Jambel         : Les galipettes              : René Rouzaud, Maurice Pon – Ledru Jack : 1951
04’57 Eddie Constantine : Au loin dans la plaine : Stéphane Golmann, Max François – Stéphane Golmann, Rolf Marbot : 1951
07’55 Félix Leclerc          : Bozo                               : Félix Leclerc : 1951
11’12 Juliette Gréco       : À la belle étoile             : Jacques Prévert – Joseph Kosma : 1951

De sacs et de cordes : Léo Ferré - Jean Gabin - Claire Leclerc - Léo Noël - Les Frères Jacques

De sacs et de cordes est un récit lyrique de Léo Ferré. Il a été diffusé sur les ondes de la radiodiffusion française en février 1951. Paru sur disque Au Chant du Monde en 2004. Jean Gabin en est récitant principal, accompagné par Madeleine Rabereau, le Chœur Raymond Saint-Paul, Leïla Ben Sedira, Claire Leclerc, Les Frères Jacques, Léo Noël, Suzanne Girard et quelques autres… Ce récit décrit l’errance d’un homme qui a quitté ses parents, rencontre l’amour qui l’abandonne à son tour, ne lui restera que l’amitié.

Chansons de la 2ème partie :

16’35 Claire Leclerc                            : En amour                       : Léo Ferré : 1951
19’57 Léo Noël, Jean Gabin               : Barbarie                         : Léo Ferré : 1951
22’22 Les Frères Jacques                  : Les douze : Jamblan      : Léo Ferré : 1951
23’56 Léo Ferré                                  : L’inconnue de Londres : Léo Ferré : 1951
27’12 Chœur Raymond Saint-Paul : Frères humains              : François Villon – Léo Ferré : 1951

Charles Trénet - Edith Piaf - Monique Leyrac - Catherine Sauvage - Patachou

Charles Trénet qui, au moment du Front Populaire, avait été un des porte-parole de la génération des congés-payés, de la découverte de la mer et de la montagne sur “La Route enchantée” tient le choc pendant l’occupation nazie.

Cependant, il sera accusé “d’origine hébraïque” par la réaction vichyste et devra présenter les certificats de baptême de ses ascendants.
Néanmoins, à la Libération, la commission d’épuration le critique d’avoir composé des hymnes pour le régime de Vichy et d’avoir chanté en Allemagne, il sera condamné à trois mois d’inactivité. Il part pour le Québec où il connaît un grand succès.

Il ne rentrera en France qu’en 1954. C’est donc à l’étranger qu’il composera “L’âme des poètes” en hommage au poète Max Jacob, mort au camp de Drancy.

Chansons de la 3ème partie :

30’23 Charles Trénet       : L’âme des poètes                            : Charles Trénet : 1951
33’01 Edith Piaf                 : À l’enseigne de la fille sans cœur : Jean Villard Gilles : 1951
36’23 Monique Leyrac     : Le petit bonheur                             : Félix Leclerc : 1951
39’25 Catherine Sauvage : Par Viviane et par Merlin              : Angèle Vannier – Philippe-Gérard : 1951
41’34 Patachou                 : Les deux sœurs                              : Félix Leclerc : 1951

Francis Lemarque - André Claveau - Dany Dauberson - Renée Lebas - Lys Assia

Nathan Korb, alias Francis Lemarque naît à Paris en 1917 au dessus d’un bal musette. Il est donc vacciné très tôt par l’accordéon. Il grandit avec son frère Maurice de deux ans son aîné et, dès 10 ans, le petit Nathan chante a capella dans les rues pour se faire un peu d’argent de poche. Avec son frère, ils adhèrent au “Groupe Mars” et sur les conseils de Louis Aragon, créent un duo : Les Frères Marc. Durant les événements du Front Populaire ils se font connaître dans les usines en grève et rencontrent Jacques Prévert et Joseph Kosma.
1940, il passe en zone libre et s’installe à Marseille. Sa mère y est arrêtée et sera assassinée à Auschwitz. Fidèle à son idéal communiste, il rejoint le maquis.
Après la guerre, il assiste à un spectacle de Yves Montant et commence à écrire en pensant à lui. Jacques Prévert les met en relation et Montand, séduit par ses compositions en interprétera près de trente. D’autres “vedettes” le chanteront : Piaf, Renée lebas,Patachou, etc…

Chansons de la 4ème partie :

46’03 André Claveau       : L’étang chimérique               : Léo Ferré : 1951
48’53 Francis Lemarque : Patins à roulottes                  : Francis Lemarque – Henri Spade : 1951
51’22 Dany Dauberson   : Comme un air d’accordéon : Marc Cab – Marc Langean
54’13 Renée Lebas          : Tire l’aiguille                           : Eddy Marnay – Eddie Barclay, Emil Stern : 1951
57’07 Lys Assia                : Le soukou-soukou                 : Tarateño Rojas, adapt. Albert Ferreri : 1951